Amour-propre et vanité

Amour-propre et VanitéAmour-propre et Vanité forment un couple qui occupe notre esprit et nous pollue intérieurement. Et cela de façon quasi permanente. A eux deux, ils alimentent une fausse et très haute idée de soi-même. A tel point que cette idéation, nous la prenons comme vraie et réelle. Alors comment revenir à une perception plus juste de soi et de notre image de soi? 

Amour-propre et Vanité

L’amour-propre résulte de la confrontation de notre image de soi avec l’avis et l’appréciation de l’autre. Car nous recherchons chez l’autre la reconnaissance de nos actions et de nos qualités. Ainsi, notre amour-propre est blessé lorsque  l’autre nous fait une remarque qui ne nous convient pas. De l’autre côté, notre vanité nous fait croire que nous sommes « La référence » en toutes choses, et surtout dans nos jugements. Du coup, notre vanité est flattée dès lors que l’autre va dans notre sens. Soit qu’il nous donne raison, soit qu’il nous complimente. Ainsi, l’image de soi-même se reflète dans le regard des autres sans jamais trouver sa véritable valeur qui, elle, est intérieure. Amour-propre et Vanité ne vivent que dans et par le regard des autres. Ils nous masquent ce qui est notre véritable image de soi, que nous pourrions trouver par une perception juste de nous-mêmes.

Comme en témoigne le récit de Jean

« Un matin je suis parti avec ma femme courir dans les bois autour de chez nous. Au détour d’un chemin, nous avons dû nous mettre de côté pour laisser passer un gros 4X4 conduit par un chasseur. Je parle alors sur un ton moqueur à la place du chasseur « Ah moi j’aime la nature ! ». Vanité : « selon moi, qui serais la Référence, ce chasseur n’a pas la bonne façon de faire ». Ma femme me dit alors « Tu juges, tu te crois au-dessus des autres alors que ça t’arrive aussi de prendre un chemin en voiture ». Je me sens blessé, je justifie. N’étant pas reconnu au travers de l’image que j’ai mis en scène, l’amour-propre m’a envahi, comme une forte tension interne qui me fige et me consume dans une posture pourtant intenable. La vanité et l’amour propre sont comme deux palans d’un même mécanisme qui, très souvent dans notre quotidien, nous mène à l’autodestruction. »

Le mécanisme de l’amour-propre

Il est communément admis que « l’amour-propre suppose que le contentement de soi repose en grande partie sur l’opinion réelle ou imaginaire des autres: il est la partie de l’estime de soi-même qui se construit en fonction de ce que chacun ressent de ce que les autres pensent en vérité ou imagination de soi » (Hervé Mauroy*).

Car ce sont les philosophes des XVII ème et XVIII ème siècles qui, les premiers ont fait de l’amour-propre un thème de recherche (Jean-Jacques Rousseau, notamment). Depuis, des contemporains ont affiné ce mécanisme, comme Pierre Bourdieu, par exemple. Ceci dit, notre objectif ici n’est pas d’en réaliser une étude analytique et théorique. Mais il est plutôt de voir comment notre propre expérience de l’amour-propre et son corollaire la vanité sont des vécus partagés par beaucoup. Et, en les observant chez soi, comment moins en dépendre.

Ainsi l’amour-propre, se vit en mimétisme de l’amour de soi, qui, lui, ne dépend pas de l’opinion d’autrui. Cependant dès lors que nous vivons en société, l’amour de soi s’est vu pollué par « le désir du désir de l’autre » (J.J.Rousseau) pour se sentir accepté, apprécié et reconnu. Et c’est ainsi que l’amour-propre entraîne des comportements centrés sur l’opinion des autres plus que sur sa propre estime de soi.

L’expérience d’Amour-propre et Vanité

On peut faire l’expérience par soi-même de comment l’amour-propre nous amène à:

  • Vouloir se distinguer des autres et rivaliser par une compétition accrue,
  • Cultiver orgueil, vanité et mépris pour l’autre dès que l’on se sent en supériorité,
  • Renforcer honte, exclusion ou auto-dégradation dès que l’on se sent – en vrai ou par l’imagination – en infériorité,
  • Développer des attitudes et comportements qui ne sont pas profondément les siens.

Ainsi, il semble clair, que nous devrions plutôt retrouver ce sentiment d’amour de soi – estime de soi – en étant simplement soi-même. La pratique attentionnelle active© nous y aide grandement.

Amour-propre et Vanité

Et vous?

Avez-vous aussi un vécu où Amour-propre et Vanité ont joué avec votre image de soi?

*Hervé Mauroy est docteur és sciences économiques, chercheur au CNRS et maître de conférence. Il a écrit une analyse théorique de l’amour-propre.

 

Blog-atlans.eu

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *