Bien avec ses émotions, 5 attitudes clés

Bien avec ses émotions, 5 attitudes clés pour mieux les réguler et moins se laisser envahir. Car si certaines émotions nous sont agréables et douces, d’autres nous crispent et nous font « sortir de nos gonds ». Dans ces moments, nous devenons un autre, nous ne contrôlons  ni nos paroles ni notre comportement. Alors voici 5 attitude clés à cultiver pour mieux réguler ses émotions.

Bien avec ses émotions

1- Réflexivité

Puisque nous avons une capacité de réflexivité, utilisons là pour être bien avec ses émotions. Qu’entendons-nous par réflexivité?

En fait, c’est une attitude interne où le sujet prend sa propre action et son propre fonctionnement (mental, émotionnel, comportemental) comme objets d’analyse ou d’observation. Ainsi, il essaie de percevoir sa propre façon d’agir, parfois à postériori et parfois dans l’instant même*.

Et cette attitude réflexive est tout à la critique et créative. Critique dans le sens où elle permet de porter un « regard » distancié sur ce qui se passe en soi. Et créative car elle permet de sortir de réactions épidermiques et contre-productives pour trouver d’autres comportements.

2- Détente physique

Nous sommes un corps physique et psychique tout à la fois. C’est pourquoi nous ne pouvons pas nous couper de nos émotions. Et c’est aussi pourquoi nos émotions sont liées à des tensions physiques plus ou moins manifestes. Nous constatons que nous ne pouvons pas agir directement sur nos émotions. Ainsi, nous ne pouvons pas les réguler en disant: »émotion, va t’en! », ou « tais-toi ». Au contraire, elles reviennent de plus belle. Par contre, en détendant les tensions physiques qui leur sont associées, nous allégeons la force de l’émotion.

Dès que vous observez une tension associée à une émotion, détendez-la. Ainsi, par exemple:

  • Sentir la crispation dans les épaules et la nuque: les détendre,
  • Puis, respirer en sentant l’air frais à l’entrée et l’air plus chaud à l’expire,
  • Egalement: détendre les muscles du visage
  • Relâcher les mâchoires serrées, le sourire crispé, les poings fermés,
  • Dé-froncer les sourcils
  • Dénouer la boule au ventre
  • etc.

3- Bien avec ses émotions par le mouvement

Comme l’indique le schéma, notre corps est une structure où émotions, sensations et mental sont bien imbriqués. Si nous ne pouvons agir directement sur les émotions négatives qui nous envahissent, nous le pouvons aussi en bougeant. Ainsi, les sensations qui correspondaient aux émotions négatives, comme une tension physique ou une fixité, disparaissent.

Dès que vous vous sentez envahi par une émotion, particulièrement comme l’ennui, la lassitude, le sentiment de dévalorisation… il  vous est possible de l’alléger voire de la faire disparaître. Il vous suffit de:

  • Se lever, marcher,
  • Ou modifier sa posture, même l’espace d’une seconde,
  • Croiser, décroiser les bras ou les jambes
  • Aussi: tourner la tête, bouger les bras,
  • S’assoir différemment

4- Distance avec le mental

Souvent, le mental entretient l’émotion par des « ruminations » et autres pensées involontaires. Ainsi nos discours intérieurs amplifient l’émotion, et l’émotion en s’amplifiant renouvelle le discours. Alors un cercle vicieux s’installe… qui peut durer longtemps. En en prenant conscience, nous pouvons laisser passer ces discours et ruminations.  Comme si nous laissions passer des trains dans lesquels nous ne voulions pas monter.

Ainsi, prenez conscience des pensées qui vous animent. Puis, détendez vos tensions corporelles (surtout nuque, épaules, mâchoires…) et laissez passer les images, les idées, les jugements. Bien sûr, ils reviennent. Car la fonction du mental est de produire des idées, des pensées, de l’imagination. Alors il ne sert à rien de l’en empêcher. Mais il est possible de ne pas les nourrir plus qu’elles ne le méritent.

5- Agilité personnelle

Comment définir l’agilité individuelle? Nous pouvons la qualifier comme la recherche d’un équilibre permanent, bien qu’instable puisque tout change continuellement. Car il s’agit bien d’une adaptation  à son environnement: reconnaître dans l’instant même les enjeux, les relations et les interdépendances pour adopter la bonne attitude. Certes la bonne attitude envers son environnement externe, mais aussi envers son environnement interne: bien avec ses émotions, son corps, son mental et son comportement. Ainsi, l’agilité personnelle est-elle à la fois comportementale (vers son environnement extérieur) et psychique (vers son environnement intérieur)

Ainsi, l’agilité individuelle n’est ni stable ni définitivement acquise, elle se cultive par une présence à soi. Voici 3 clés:

  • Développez votre curiosité et cherchez à apprendre de toutes situations
  • Lâcher-prise dès que vous ressentez trop de tensions, ne vous accrochez pas aux habitudes qui n’ont plus lieu d’être
  • Faites constamment des retours vers vous-mêmes: où êtes-vous en ce moment? Dans vos idées ou dans la situation?

 

*Cette réflexivité dans l’instant même est une capacité qui se développe par la pratique attentionnelle active©.

Sur la réflexivité, voir notamment: https://www.cairn.info/revue-carrefours-de-l-education-2005-2-page-113.htm

 

Blog-atlans.eu

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *