Celui qui ne sait se taire…

« Celui qui ne sait se taire, il ne sait pas non plus parler. » Aujourd’hui, c’est une citation du philosophe Pierre Charron (1541-1603) qui m’aide à progresser dans ma pratique. Se taire est un exercice difficile. Cela implique de prendre du temps pour se décoller de l’émotion qui surgit en moi.Couper la parole, nous le faisons tous. Par contre se retenir de le faire demande des efforts .

Mais qu’est ce qui me pousse à intervenir sans crier gare?
Ma grand mère aimait à répéter: «  Tourne 7 fois ta langue dans ta bouche avant de parler. » L’enfant que j’étais s’agaçait de ce genre de conseils. J’étais vive, je désirais me faire entendre surtout par les adultes dont j’aimais écouter les conversations.

Celui qui ne sait se taire…

Difficile parfois, c’est vrai ! Surtout lorsque votre interlocuteur répète quelque chose que vous avez déjà entendu, ou tout simplement parce que vous anticipez ce qu’il va vous dire. Dans les deux cas,  c’est allez vite en besogne. Même si notre esprit logique aime détecter des similitudes, des formes de répétition,  ne serait il pas plus intéressant de croire que tout peut être différent ! Car rien n’est jamais vraiment pareil.
Et si l’autre avait justement  quelque chose à m’apprendre, quelque chose que je ne sais pas. A commencer par comprendre ce qui se joue en moi dans ma difficulté à me taire, et le laisser parler.  Ne serait-ce que me permettre d’avoir un autre regard sur moi-même et sur la situation.

Savoir parler…

Dans la prise de paroles, il y a certes beaucoup d’enjeux. L’image de soi en fait partie. Tout comme l’envie d’avoir raison. Bien souvent mes réponses  sont automatiques. Interrogez-vous et faites le test. Demandez à vos proches de vous imiter ! L’image qu’ils vous renverrons tel un miroir vous permettra peut-être de poser un regard différent sur vous-même. Comme dit le proverbe « on voit la paille dans l’œil du voisin, mais pas la poutre dans le sien ». Vous verrez, c’est surprenant comme certaines expressions vous caractérisent ! Mais, rassurez-vous, chacun a en lui une petite liste d’expressions toutes faites qu’il utilise au gré des ses humeurs.
D’ailleurs, sans vouloir changer ce qui constitue la face visible de ma personne et qui finalement me permet de naviguer dans la société,  se taire me permet d’observer ce qui se joue en moi. Car si je n’y prends garde, ces réflexes de prise de parole pourraient bien se jouer de moi. Or, en pratiquant l’attention au présent,  je peux me décoller de la situation, et retenir quelques instants, ( pour commencer…) ma parole. Prendre ce temps de l’écoute, cette petite respiration interne, cette prise de température de mes émotions, c’est être présent à moi-même. J’observe mes émotions et les sensations corporelles qui les accompagnent  A cet instant, je sens bien que je ne suis plus happée par ce que cette discussion réveille en moi.

Par l’attention au présent je m’autorise à porter un nouveau regard sur les situations que je rencontre.  J’aborde de nouveaux points de vue.  Mes relations aux autres s’enrichissent.

Je ne suis plus dans l’anticipation ou la rumination, mais dans le temps présent.

Suivez-nous sur facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *