Neurosciences et pratique attentionnelle active ©

Neurosciences et pratique attentionnelle active © quel est le lien?La pratique attentionnelle active© est un outil pédagogique conçu par l’organisme de formation atlans. Cette pratique est simple et consiste à activer le processus neuronal de l’attention. Si son existence est connue depuis des millénaires, elle est aujourd’hui décryptée par les recherches en neurosciences cognitives. Et celles-ci viennent toutes corroborer, non seulement le processus mais aussi les effets sur le psychisme.

neurosciences et pratique attentionnelle active

Pratique attentionnelle active ©: un outil pédagogique

Parce qu’apprendre est bien plus facile lorsque notre niveau attentionnel est à son top, atlans a mis l’attention au coeur de sa pédagogie. En quoi cela consiste? Tout simplement à réactiver le processus d’attention à l’instant même où il est nécessaire. C’est à dire « maintenant », au moment même de l’action que nous menons, quelqu’elle soit. Car nous pouvons observer combien notre attention se disperse très facilement:

  • Une mouche qui passe… et notre regard la suit,
  • Un bruit nous fait sursauter … et perdre le fil de ce que nous disions
  • Un souvenir vient se rappeler à notre insu… et nous emmène dans le passé.
  • Notre regard se pose sur un objet… et nous éloigne de ce que nous faisions.
  • Etc.

Ainsi, cette pratique d’entraînement de l’attention permet notamment de:

  • Réduire son stress et ressentir un état de calme
  • Renforcer son efficacité et son efficience personnelle
  • Proportionner le sens de ses actions
  • Réduire les hauts et les bas émotionnels
  • Adapter ses attitudes et son comportement avec justesse
  • Apprendre et développer ses capacités

Comment est-elle expliquée par les neurosciences cognitives?

Maintenant voyons le lien entre neurosciences et pratique attentionnelle active ©. En effet, cette pratique d’entraînement de son attention, qui existe depuis très longtemps, est aujourd’hui expliquée scientifiquement. Et c’est notamment à Jean-Philippe Lachaux* que nous devons d’avoir des explications simples et claires. Plutôt que de réécrire ce qu’il a très bien décrit, voici quelques extraits de son livre Le cerveau funambule**.

Les états attentionnels optimaux font partie de ce qu’il appelle la « micro cognition ». Il précise: « c’est à dire l’étude des états cognitifs et des processus neuronaux à une échelle temporelle très fine, de l’ordre du dixième de seconde, en revenant aux composantes les plus élémentaires de nos automatismes sensoriels, moteurs, cognitifs et émotionnels. »

Et puis: « cette approche implique une analyse soignée de l’expérience subjective et des stratégies cognitives que nous mettons en place, consciemment ou non: ce que nous ressentons et ce que nous cherchons vraiment à faire, instant après instant, fraction de seconde par fraction de seconde ».

Ainsi, pour lui: »la micro cognition désigne l’enchaînement perpétuel de nos perceptions et actions ».

Neurosciences et pratique attentionnelle active ©

Ainsi, conçu par atlans, cet outil pédagogique s’appuie sur un des processus les plus simples du cerveau (Perception-action) et à un niveau temporel très fin (un dixième de sonde).

Si cet entraînement de l’attention est commun à de nombreuses autres pratiques (et cela depuis très longtemps), la pédagogie d’atlans permet de l’appliquer à tous moments de sa vie. Comme au travail, seul, en situation d’échanges avec d’autres personnes, et dans toutes activités quotidiennes.

 

*Jean-Philippe Lachaux est directeur de recherches en neurosciences cognitives au sein de l’unité Inserm « dynamique cérébrale et cognition », à Lyon.

** Le cerveau funambule est paru aux éditions Odile Jacob en 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *