Présence à soi, soft skills n°1

présence à soi soft skills n°1La présence à soi, soft skills n°1, parce que… De toutes les soft skills, compétences douces ou comportementales, elle est celle qui permet toutes les autres. Comment? De fait, nos compétences comportementales sont en nous, elles font partie de notre comportement. Comme elles sont une ressource interne, une des meilleures options pour les développer est de mieux se connaître. Et être présent à soi – corps, émotions, intellect et attitudes – est une condition essentielle pour percevoir qui on est, avec ses aptitudes bien ancrées et celles à développer.

Les soft skills: une ressource interne

Ces compétences douces sont notre capacité à:

  • Nous relationner aux autres: écoute attentive, dialogue, échanges, négociation, empathie…
  • Résoudre des problèmes plus ou moins complexes: désamorcer un conflit, prendre une décision,  cohésion d’équipe, s’organiser…
  • Nous adapter aux situations et changement de contexte: flexibilité des jugements, pensée critique, créativité,  motivation intrinsèque, rigueur, résilience etc.
  • Evoluer personnellement et professionnellement: apprendre à apprendre, estime de soi, régulation de son stress et de ses émotions, gérer sa relation au temps, dépasser les blocages comportementaux …

Nous les avons apprises, parfois sans s’en rendre compte, par mimétisme dans notre milieu social, scolaire, familial, culturel. Puis certaines se sont plus ou moins développées en fonction de nos expériences et de notre adaptation plus ou moins bien réussie aux contextes successifs. Enfin, et c’est une bonne nouvelle, nous pouvons les développer à chaque instant et tout le long de notre vie. Nos habitudes comportementales peuvent à tout moment s’enrichir de nouvelles aptitudes. La plasticité de notre cerveau le permet.

La présence à soi, soft skills n°1

Or, parmi toutes celles-ci, il en est une qui nous paraît essentielle: la présence à soi. Car être présent à soi, c’est être ici, dans l’instant présent – corps, mental, émotions et attitudes. Alors notre perception est ouverte à ce qui se passe autour de nous… mais aussi en nous. De fait, la plupart du temps, nous ne sommes présents qu’à 2/3, et parfois à 1/3 de nous-mêmes. Ainsi, lorsque nous écoutons notre collègue mais que des pensées involontaires vont et viennent, nous ne sommes pas tout à fait présent. Bien sûr, nous arrivons à suivre la conversation, car nous écoutons en pointillé notre collègue et en reconstituant le fil du discours. Mais cela absorbe notre énergie.

Présence à soi soft skills N°1

Présence à soi et autres soft skills

En élargissant notre attention à nos ressentis, sans pour autant stopper nos activités, nous prenons conscience de ce qui nous tend et bloque notre énergie. Ainsi, cette prise de conscience de soi et de ce que nous faisons dans l’instant présent est la porte ouverte à une meilleure connaissance de soi. C’est dans l’instant présent que nous pouvons:

  • Nous adapter à la situation, ou à la personne
  • Ajuster ou revoir nos jugements
  • Prendre la meilleure décision en fonction des données en notre possession
  • Dialoguer avec notre collègue ou notre client,
  • Désamorcer le conflit que l’on sent venir …

Développer la présence à soi, soft skills n°1

  1. Nous percevrons nos tensions internes, notamment musculaires. En particulier, les épaules et la nuque sont très sollicitées, de même nos mâchoires sont souvent serrées.
  2. Puis, immédiatement, nous les détendrons. Et, pour mieux alléger nos tensions, nous pourrons respirer amplement et totalement: respiration abdominale, thoracique et gorge.
  3. Dans le même temps, qui est celui du présent, ressentir ses émotions, ses pensées involontaires et les laisser passer, prendre une position détendue et relâcher toutes ses tensions.
  4. Ainsi, détendu et attentif à soi et aux autres, il nous est possible de développer de nouvelles attitudes adaptées.

 

Blog-atlans.eu

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *